CASNAV de l’académie de Créteil

  Accueil > Se cultiver > Des idées de lecture > Bibliothèque : des récits

Bibliothèque : des récits

06 / 07 / 2018

Des idées de lecture pour découvrir autrement les publics allophones et l’expérience de l’exil.



  • Mur méditerranée - Louis-Philippe Dalembert - Sabine Wespieser éditeur, 2019

    « L’Europe ? "Des années pour l’atteindre, encore plus pour y entrer. Comme si ce continent était situé à des années-lumière de la Terre." Or la survie est plus coriace qu’une planète. Elles s’appellent Chochana, du Nigeria ; Semhar, de l’Érythrée ; Dima, de Syrie. La première, victime du réchauffement climatique, ne peut plus rien faire pousser. La deuxième sait qu’elle poussera mal dans un pays de dictature. La troisième ne peut plus pousser la porte de sa maison d’Alep depuis la guerre. Alors elles partent pour l’Europe.
    S’inspirant de la tragédie d’un bateau de clandestins sauvé par le pétrolier danois Torm Lotte pendant l’été 2014, Louis-Philippe Dalembert, à travers trois magnifiques portraits de femmes, nous confronte de manière frappante à l’humaine condition, dans une ample fresque de la migration et de l’exil.
  • Tous tes enfants dispersés - Beata Umubyeyi Mairesse - Autrement, 2019

    Peut-on réparer l’irréparable, rassemble ceux que l’histoire a dispersés ? Blanche, rwandaise, vit à Bordeaux après avoir fui le génocide des Tutsi de 1994. Elle a construit sa vie en France, avec son mari et son enfant métis Stokely. Mais après des années d’exil, quand Blanche rend visite à sa mère Immaculata, la mémoire douloureuse refait surface. Celle qui est restée et celle qui est partie pourront-elles se parler, se pardonner, s’aimer de nouveau ? Stokely, lui, pris entre deux pays, veut comprendre d’où il vient. Ode aux mères persévérantes, à la transmission, à la pulsion de vie qui anime chacun d’entre nous, Tous tes enfants dispersés porte les voix de trois générations tentant de renouer des liens brisés et de trouver leur place dans le monde d’aujourd’hui.
    Ce premier roman fait preuve d’une sensibilité impressionnante et signe la naissance d’une voix importante.
    (source Babelio)

  • Les veilleurs de Sangomar - Fatou Diome - Albin Michel, 2019
    Nul ne s’aventure sans appréhension à Sangomar, ce bout de terre inhabitée où, dans la tradition animiste sérère, se rassemblent les djinns et les âmes des défunts. Sur l’île voisine, la jeune Coumba entame un long veuvage, recluse chez sa belle-mère. Elle vient de perdre son mari dans le naufrage du Joola, en 2002, au large du Sénégal.Dès la nuit tombée, après le cortège des prières rituelles et des visites obligées, Coumba peut enfin faire face à son chagrin, consigner les souvenirs heureux, invoquer les morts. Alors, sa chambre s’ouvre grand aux veilleurs de Sangomar, esprits des ancêtres et des naufragés qui lui racontent leur destin et la mèneront à la rencontre de son « immortel aimé ».

Pour découvrir le roman en le feuilletant...


  • La langue de personne - Sema Kiliçkaya - Collas, 2018
    JPEG
    L’auteure est née en 1968 en Turquie, à Antioche, à la frontière syrienne, dans ce milieu à la fois arabophone et turcophone. Arrivée en France à l’âge de quatre ans, elle est devenue professeure d’anglais et exerce aussi comme traductrice.
    Dans ce roman, chronique d’une communauté turque transplantée en Haute-Marne, on sent l’Orient, son soleil, ses coutumes et ses parfums qui s’oppose au faux Eldorado de cette terre d’accueil qu’est la France. Opacité de la langue (difficulté d’entrer dans la langue d’accueil pour la première génération), sentiment d’aliénation de l’individu déraciné, regret du paradis perdu (la Turquie, qui pourtant n’en était pas un), déception du faux Eldorado d’accueil et quête éperdue de la dignité tant humaine que culturelle sont les lignes de forces qui traversent ce roman et lui donnent une incroyable chaleur humaine.
  • Les exilés meurent aussi d’amour - Abnousse Shalmani - Grasset, 2018

    Shirin a neuf ans quand elle s’installe à Paris avec ses parents, au lendemain de la révolution islamique en Iran, pour y retrouver sa famille maternelle. Dans cette tribu de réfugiés communistes, le quotidien n’a plus grand-chose à voir avec les fastes de Téhéran ;
    Ce premier roman teinté de réalisme magique nous plonge au cœur d’une communauté fantasque, sous l’œil drôle, tendre, insolent et cocasse d’une Zazie persane qui, au lieu de céder aux passions nostalgiques, préfère suivre la voie que son désir lui dicte. L’exil oserait-il être heureux ?
    (source : Grasset éditeur)

  • Je viens d’Alep - Joude Joussama & Laurence de Cambronne - Allary éditions, 2017
    Depuis trois ans, la Syrie a basculé dans la guerre civile. Les affrontements entre l’armée de Bachar al-Assad et les forces rebelles emmenées par les djihadistes du Front al-Nosra et de l’État islamique deviennent quotidiens. Joude, jeune professeur de français au lycée, refuse de choisir son camp dans un conflit qui n’est pas le sien. Avec sa famille, il se cache, déménage quatre fois pour éviter les bombardements. Puis se résout à l’exil.


  • L’Art de perdre - Alice Zeniter - Flammarion, 2017

    L’Algérie dont est originaire sa famille n’a longtemps été pour Naïma qu’une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant, dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui jamais ne lui a été racontée ?
    Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu’elle ait pu lui demander pourquoi l’Histoire avait fait de lui un « harki ». Yema, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l’été 1962 dans les camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l’Algérie de son enfance. Comment faire ressurgir un pays du silence ?
    Dans une fresque romanesque puissante et audacieuse, Alice Zeniter raconte le destin, entre la France et l’Algérie, des générations successives d’une famille prisonnière d’un passé tenace. Mais ce livre est aussi un grand roman sur la liberté d’être soi, au-delà des héritages et des injonctions intimes ou sociales.

Pour découvrir le roman en le feuilletant...


  • Les Naufragés et autres histoires qui reviennent de loin - Jean-Christophe Rufin & Sidonie Vidal - Flammarion, 2016

    De Paris à l’île Maurice, en passant par le Luxembourg, le Sri Lanka et les Dolomites, ces cinq histoires tracent le portrait de naufragés du monde contemporain, souvent échoués loin de leur terre d’origine, éternels étrangers aux autres et à eux-mêmes. A travers eux, l’auteur nous invite également à un voyage dans le temps : demeurés sur l’île du passé, les personnages peinent à s’ancrer dans le présent.
    Légers mais jamais gratuits, ces récits portent un regard sur les grands conflits du siècle et amènent à s’interroger sur le sens de la mémoire : si la mémoire des uns n’est pas celle des autres, les drames du passé peuvent servir d’exemples pour les générations futures.


  • Loriane K. 15 ans, clandestine - Christelle Bertrand (collaboratrice) - Essai (Poche), 2015

    " Je m’appelle Loriane, j’ai aujourd’hui 15 ans. J’ai commencé ce journal il y a un peu plus de deux ans. Il était comme un confident. Je n’ai jamais pu parler de mon histoire à quelqu’un d’autre. " Loriane vit en banlieue parisienne avec sa famille. Elle est belle, pleine de vie, intelligente et, comme toutes les filles de son âge, elle est amoureuse de l’un de ses profs. Rien là d’exceptionnel, sauf que Loriane n’est pas une adolescente comme les autres : elle est sans papiers



  • Le miel d’Harar - Camila Gibb - Actes Sud, 2013
    Le miel d'Harar
    Lilly, jeune Anglaise ayant passé son enfance au Maroc, a étudié le Coran et se révèle profondément croyante. Obligée de partir en Ethiopie, elle y découvre le fondamentalisme islamique tout en subissant le contexte politique dans lequel il de prend de plus en plus d’importance. Que restera-t-il de sa religion et de son identité lorsqu’elle sera réduite à sa condition de femme et d’étrangère puis renvoyée à Londres ?
    Ce roman offre, en plus de son intrigue passionnante, une immersion dans les contradictions de l’Islam.
  • Un Royaume sans racines - Sema Kiliçkaya - In Octovo, 2013
    JPEG
    C’est une famille dans l’est de la France. Le père, originaire de Turquie, est un migrant économique des années 1970. L’histoire commence quand revient Fatma, qui a fui la France il y a plus de vingt ans pour les États-Unis. À l’heure de Charlie Hebdo, elle retrouve le père, hospitalisé, sa soeur Élif, qui a dû prendre la tête de la famille, et les enfants. Ils vivent dans leur HLM de toujours. Pour ne pas se laisser entraîner dans l’hystérie qui s’empare de sa famille et de tout le pays, Fatma joue avec les mots et s’interroge sur le vivre ensemble.
    Quelle expérience partager, d’une génération à l’autre, d’une langue à l’autre ?
    Avec La Langue de personne, Sema Kiliçkaya s’interroge avec humour et tendresse sur les origines de ce malaise.
    (source : Babelio)


  • Ceux qui passent - Haydée Sabeiran - Carnets Nord éd., 2012
    JPEG
    On entend parler d’eux quand ils coulent dans une barque au large de Lampedusa ou quand on les retrouve, gelés, dans le train d’atterrissage d’un avion à Roissy. Un peuple de clandestins, un phénomène mondial qui effraie l’Europe. Pourtant, pour une poignée de gens du nord de la France, ces migrants qui, toutes les nuits, cherchent à grimper dans un camion vers l’Angleterre, ont un visage, une histoire, un prénom.
    Haydée Sabéran nous raconte ces existences, celles des migrants et des habitants, qui se mêlent et souvent se réchauffent l’une l’autre. Des histoires où circulent la méfiance et la tendresse, le désir et le désarroi. Elle livre un récit poignant qui donne à réfléchir sur la vie - la leur et la nôtre -, sur ses ressorts, insoupçonnés parfois, sur ce qui nous motive et nous porte.
  • Journal d’un demandeur d’asile - Antoine Manson-Vigou - L’Harmattan, 2012
    Journal d'un demandeur d'asile
    Demander l’asile, quelle idée ! Peut-on imaginer l’humiliation et la déshumanisation que notre protagoniste va endurer, et ce dès les premiers instants de la procédure ? Ce journal relate avec précision les démarches, les interrogatoires, la vie de prisonnier et la libération « sans filet » de l’auteur. Il témoigne pour tous de l’envers du décor des sociétés d’opulence.



  • Certaines n’avaient jamais vu la mer - Julie Otsuka - Phébus littérature étrangère, 2011

    L’écriture de Julie Otsuka est puissante, poétique, incantatoire. Les voix sont nombreuses et passionnées. La musique sublime, entêtante et douloureuse. Les visages, les voix, les images, les vies que l’auteur décrit sont ceux de ces Japonaises qui ont quitté leur pays au début du XXe siècle pour épouser aux Etats-Unis un homme qu’elles n’ont pas choisi.
    C’est après une éprouvante traversée de l’océan Pacifique qu’elles recontrent pour la première fois à San Francisco leur futur mari. Celui pour lequel elles ont tout abandonné. Celui dont elles ont tant rêvé. Celui qui va tant les décevoir.
    A la façon d’un choeur antique, leurs voix s’élèvent et racontent leurs misérables vies d’exilées ... leur nuit de noces, souvent brutale, leurs rudes journées de travail dans les champs, leurs combats pour apprivoiser une langue inconnue, la naissance de leurs enfants, l’humiliation des Blancs, le rejet par leur progéniture de leur patrimoine et de leur histoire ... Une véritable clameur jusqu’au silence de la guerre. Et l’oubli...
  • Assomons les pauvres - Shumona Sinha - Editions de l’Olivier, 2011

    Le temps d’une nuit, passée au commissariat pour avoir fracassé une bouteille de vin sur la tête d’un immigré, une jeune femme cherche à comprendre les raisons qui l’ont conduite à une telle fureur. Étrangère elle aussi, elle gagne sa vie comme interprète auprès des demandeurs d’asile, dans les bureaux des zones périphériques de la ville.


  • Ma vie de clandestin en France - Mehdi Sayed et Virginie Lydie - La boîte à Pandore éd. - 2011
    JPEG
    Mehdi est Tunisien. Depuis l’âge de 11 ans, Mehdi essaye de venir en France. En 1991, il y parvient enfin. Il n’a que 14 ans. Depuis, Mehdi a réussi à plusieurs reprises à vivre clandestinement en France. Il y a tout fait, tout vécu, jusqu’à la prison. 17 passages en prison, près de huit ans de sa jeunesse gâchés, jusqu’à ce que la police retrouve son identité. Expulsé en Tunisie en 2009, interdit de territoire français, il tente à nouveau de gagner la France en cette période de révolution du Jasmin.

  • Samba pour la France - Delphine Coulin - Seuil, 2011

    Samba Cissé était pourtant venu de bonne foi à la Préfecture de police de Paris demander le titre de séjour auquel il avait droit, après dix années passées en France. Mais rien ne s’y est passé comme prévu : Samba a été arrêté, devant des dizaines d’hommes et de femmes de tous pays qui attendaient, comme lui, que l’État veuille bien reconnaître leur existence.Il ne sait pas encore que le voyage héroïque qu’il a accompli pour venir du Mali jusqu’en France, puis les dix années à s’y faire une place, vont s’avérer moins difficiles que tout ce qu’il va vivre à partir de ce jour-là.

Pour Télérama, Marine Landrot lit un extrait de ce récit poignant...

En mars 2011, France Culture a proposé, dans le cadre de l’émission La grande table, une rencontre Mali / France et a convié Delphine Coulin pour son livre Samba pour la France (Le Seuil) et Laurence Petit-Jouvet pour le film Correspondances.
Pour écouter l’émission...


  • Le silence des esprits - Wilfried N’sondé - Acte Sud, 2010
    JPEG
    Terrorisé par un contrôle de police sur les quais de la gare de Lyon, Clovis Nzila vient de sauter dans un train de banlieue. Sans-papiers, clandestin, il s’assied au hasard d’un wagon surchauffé et tente de maîtriser sa peur. Face à lui, une femme l’observe, accepte en retour ses regards indiscrets, ne semble pas effrayée par sa triste apparence. Attentive, elle engage la conversation, perçoit le désespoir de ce jeune Africain... Ensemble, ils vont plonger sans retenue dans un mirage, convaincus de renaître des cendres du passé. Après Le Coeur des enfants léopards, un premier roman très remarqué (prix Senghor de la création littéraire ; prix des Cinq Continents de la francophonie), Wilfridl N’Sondé nous livre ici le récit d’une rencontre sur le mode d’une ballade sombre et lumineuse.


  • La Princesse et le Pêcheur - Minh Tran Huy - Actes Sud - 2007

    Née française de parents vietnamiens, élevée et protégée comme une fille unique, Lam est devenue une adolescente effacée et studieuse, aimant s’évader par la lecture. A l’occasion d’un séjour linguistique, elle se lie avec Nam, jeune Vietnamien récemment arrivé en France. Il est beau, indépendant, aussi assuré qu’elle se sent insignifiante. Et il vient de ce pays qu’elle ne connaît pas. Un jour, Nam disparaît...

  • Votre voisin n’a pas de papiers - Paroles d’étranger - CIMADE - La Fabrique éditions, 2006
    Votre voisin n'a pas de papiersCe livre alterne des témoignages d’étrangers en quête de papiers et une brève présentation des problèmes administratifs auxquels ils sont confrontés : rapprochement familial, preuves de vie en France, carte de résident, carte de travail, malades étrangers, demandeurs d’asile et déboutés... C’est donc une approche à la fois humaine et juridique.