CASNAV de l’académie de Créteil

  Accueil > Les élèves allophones > Enseigner > Expériences de terrain > Des expériences dans le 2nd degré > Réaliser une émission radio sur le thème de l’exil avec des élèves (...)

Réaliser une émission radio sur le thème de l’exil avec des élèves d’UPE2A

10 / 08 / 2012 | Pascale Jallerat



C’est grâce au partenariat avec l’association OAQADI (On A Quelque chose A DIre) que le projet a pu prendre forme. Cette association, basée à Montpellier, vise, à travers le média radio, deux objectifs : valoriser l’expérience et la créativité personnelles et favoriser l’ouverture aux autres, grâce au travail en équipe et à la diffusion radiophonique. Avec Elise Desjardins, membre de l’association, nous avons recueilli les témoignages des élèves volontaires et dont le niveau à l’oral était suffisant pour permettre un échange. Les élèves étaient réunis en petits groupes et, tandis que nous notions le témoignage d’un élève, les autres rédigeait le leur, sur lequel nous revenions ensuite pour approfondir certains points.

Ce n’est qu’après un long travail d’approfondissement et d’oralisation du texte écrit que l’enregistrement des témoignages proprement dit a pu commencer. Un par un, les élèves ont enregistré leur récit, ce qui a donné lieu à la mise en place d’activités portant sur la prononciation et l’intonation, l’objectif étant d’être compréhensible par tous. Cet aspect du projet, pourtant essentiel, a pu paraître laborieux aux élèves. Les nombreuses répétitions, les exercices d’intonation ont été, en effet, particulièrement intenses.

Dans le souci de faire participer le plus grand nombre, les autres élèves (dont le niveau en français était plus fragile), qui n’avaient pas enregistré de témoignages complets, ont posé des questions aux deux adultes interviewés et ont réalisé les phrases de transition de l’émission ainsi que les génériques de début et de fin.

Parallèlement à ce travail spécifique de réalisation de l’émission, nous avons étudié en classe plusieurs textes sur le thème de l’exil ainsi que le vocabulaire lié à l’émigration. Les élèves se sont essayés à l’écriture de leur expérience personnelle grâce à diverses activités proposées selon le niveau de chacun (texte matrice, jeu d’écriture…). Voir sur ce point le détail de la séquence.

Nous avons aussi, en guise de point de départ de ce projet, effectué une visite de l’exposition permanente de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, ce qui a permis de plonger les élèves dans un bain de témoignages et suscité une réflexion sur l’appropriation de l’histoire personnelle de chacun. 

En conclusion, ce projet fut un travail de longue haleine. Les contraintes d’emploi du temps d’Elise et de moi-même, la sous-estimation des difficultés de formulation des élèves, ont allongé la durée initialement prévue du projet (2 mois) jusqu’à devenir un projet sur l’année entière. Cela a eu des conséquences sur la motivation de certains élèves, qui n’arrivaient pas à se figurer le résultat final de l’émission. Le montage de l’émission a aussi été long et difficile, étant donné le nombre de prises de son effectuées.

Néanmoins, la création de cette émission a été très positive pour l’ensemble des participants puisqu’il a permis, non seulement, de faire progresser les élèves à l’oral, mais aussi et surtout de leur donner confiance en eux, notamment par le sentiment de fierté éprouvé devant le fruit de leur travail. L’émission a été diffusée sur Radio France Internationale (après un remontage par les journalistes de l’émission « Microscopies ») en juin 2010, et a donc pu être écoutée par les membres de la famille d’une grande partie des élèves, restés dans le pays d’origine. Elle a aussi été diffusée auprès des enseignants du collège et de plusieurs classes, ce qui a permis aux élèves d’être reconnus au sein de l’établissement.

Ce projet, en revenant sur le moment très fort, et parfois douloureux, de l’arrivée en France, a, semble-t-il, réussi le double objectif revendiqué par l’association OAQADI : faire émerger une parole personnelle et permettre une affirmation en tant qu’individu à part entière, ayant toute sa place dans la société française.

 Julie Tabary, enseignante au collège Painlevé de Sevran

Pour écouter l’émission